Revisitez le Storytelling de votre marque avec Twitter !

twitter storytelling

Créé le 21 mars 2006 par Jack Dorsey, et lancé en juillet de cette même année, Twitter, par son système de micro-blogging en 140 caractères est rapidement devenu, avec Facebook et Google+, le réseau social regroupant le plus d’utilisateurs avec plus de 600 millions de Twittos en 2013.

Nécessairement, cette limite imposée des 140 caractères n’a pas manqué de rapidement intéresser les storytellers : car comme la métrique déterminait une forme dans laquelle naissait la poésie (les joies ineffables de l’alexandrin qui ont durant tant d’années enflammé mon imaginaire!), cette limite imposée dans le contexte spécifique des contraintes de ce réseau social a ouvert des champs narratifs nouveaux que l’imagination n’a pas fini d’explorer !

Des stratégies social Media à réinventer

Nécessairement, ces nouvelles structures narratives peuvent très facilement avoir une application dans le contexte d’une marque dont il s’agirait d’inventer ou de réinventer l’histoire, ou pour être plus exact dans le cadre d’une stratégie social média qui, plutôt que de n’utiliser Twitter que comme la simple opportunité de diffuser du contenu (le sien ou ceux des autres), pourrait bien plutôt prendre ce réseau social à bras le corps, en explorant toutes ses potentialités.

Cela signifie bien entendu de refondre les pratiques habituelles du web marketing en le positionnant sous l’angle d’un contenu à inventer et à promouvoir : bref, transcender les différents domaines du web marketing en les explorant sous l’angle du storytelling.

Twitter comme outil de Storytelling

D’ailleurs, Twitter est aujourd’hui le théâtre d’un foisonnement de créativité littéraire incroyable, avec le pire comme le meilleur, bien entendu, et qui peut nous permettre, par analogies, d’imaginer de quelle manière nous pouvons penser différemment l’histoire d’une marque spécifiquement sur ce réseau social.

Par exemple, il est vraiment intéressant de constater le nombre de Twitfics qui s’écrivent chaque jour sur le web. Si nous ne devions en citer qu’une, ce serait, par exemple, « Le roman sans titre », écrit par tranche de 10 tweets, chaque jour, par @FrancoisVinsot. Suivi par près de 3000 personnes, François Vinsot écrit au quotidien ce roman passionnant en explorant toutes les possibilités de Twitter :

–          C’est lui qui contrôle le temps de la lecture de ses followers : il crée le manque et le besoin.

–          Le roman s’écrit au quotidien, l’œuvre n’est pas achevée

–          L’auteur a la capacité de pouvoir orienter son récit en fonction du feed-back immédiat de ses lecteurs

–          On pourrait presque parler de littérature en mode « lean » : L’histoire se teste, se perfectionne, s’élabore en fonction du nombre de lecteurs et de ses réactions.

–          Par conséquent, l’auteur peut stopper une histoire qui n’intéresserait personne pour s’orienter vers une nouvelle histoire.

Les applications possibles à un discours de marque

Bien sûr, cet exemple n’est qu’un parmi des milliers d’autres qui utilisent les possibilités narratives de Twitter de manière souvent toute différente mais également passionnante. C’est un exemple de base, un point de départ idéal pour une réflexion autour d’un Storytelling de marque qui s’élaborerait sur Twitter. Pourtant, des pistes de travail pour la refonte d’une stratégie social media différente peuvent en émerger, en regard des conclusions que nous avons tiré de l’exemple du travail de François Vinsot :

–          Sur Twitter, c’est à la marque d’être maitresse de ce qu’elle donne à ses followers, et surtout du rythme de diffusion : jouer avec le rythme peut permettre de créer des effets de manque et de besoin.

–          Un discours de marque sur Twitter n’est pas un discours figé, mais au contraire un discours qui doit s’élaborer progressivement, au fil du contenu communiqué

–          La marque, en fonction du feed-back qui lui est fait, peut immédiatement réagir en retour en redéfinissant ses priorités de communication

–          Les réactions immédiates des followers aux étapes d’élaboration du discours de marque peuvent permettre très facilement de tester de nouvelles possibilités de développement du discours de marque, sans pour autant engager la marque dans son entier.

–          On peut très rapidement laisser tomber un discours de marque qui ne fonctionne pas pour en réinventer un autre.

Bien entendu, ces éléments ne sont que les prémisses d’une réflexion beaucoup plus profonde sur la manière dont les réseaux sociaux, et notamment Twitter, ont bousculé nos schémas narratifs traditionnels et permettant, notamment par l’abolition des limites temporelles ou encore spatiales, de laisser émerger des structures de narration totalement nouvelles qui restent encore à explorer.

Ce qui est certain, en tous cas, c’est que jamais le storytelling n’aura eu un rôle aussi important à jouer dans toutes nos stratégies de communication, a fortiori dans le domaine encore si peu attaché, en dépit des discours de façade, à la mise en œuvre d’un contenu riche, du web marketing.


Cet article vous inspire ? Partagez-le sur les réseaux sociaux !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

X
X