Storytelling : quand les histoires réveillent nos sens

storytelling-histoires-sens

Pourquoi aimons-nous tellement les histoires ?

Le propre de l’homme est de raconter des histoires. Dans son « Introduction structurale des récits », Roland Barthes explique d’ailleurs qu’il n’y a pas de « peuple sans récit ».

Mais d’où vient ce goût pour les histoires, pour le storytelling comme disent les anglophones ? Et bien de notre cerveau lui-même. Vous êtes curieux ? Alors suivez-nous, on vous explique ce qui se passe dans notre cerveau lorsqu’on écoute une histoire.

Le cerveau active les zones du langage

Lorsqu’un professeur explique quelque chose à l’aide d’un schéma par exemple, certaines zones du cerveau sont sollicitées.  L’aire de Broca traite les éléments de langage et l’aire de Wernicke sert à donner un sens à ses éléments de langage. Ce sont deux zones du cerveau qui servent à comprendre les choses. Les élèves sont devant le schéma du professeur et reçoivent l’information.

Grâce aux explications de l’enseignant, ils peuvent comprendre mais vont-ils retenir ces informations simplement parce qu’ils ont compris le schéma ? Rien n’est moins sûr…

Les zones émotionnelle et sensorielle

Par contre quand on réussit à mobiliser les zones du cerveau qui correspondent aux émotions et à la perception sensorielle, c’est dans la poche ! Si le professeur raconte une histoire pour expliquer son schéma, les élèves vont mobiliser l’ensemble de leur cerveau : les zones qui concernent le langage et les signes mais aussi la mémoire et les zones liées aux émotions.

Raconter une histoire c’est faire vivre une expérience à son auditoire. Les élèves ont ainsi l’impression inconsciente de vivre ce que le professeur raconte. L’étudiant est ainsi directement touché et se souviendra beaucoup mieux de la leçon du professeur puisqu’il se souviendra de cette histoire.

Quand l’histoire met vos sens en éveil

Lorsqu’on raconte une histoire, le cerveau de la personne active les mêmes zones sensorielles que si le sujet était en train de vivre l’action racontée.

Par exemple, si vous parlez de l’odeur du café qui venait vous chatouiller les narines ce matin là, les zones de votre cerveau qui gèrent les odeurs vont s’activer, tout comme celles de votre public. Du coup quand vous racontez une histoire, on vous conseille d’essayer de mettre les sens de votre audience en éveil : n’hésitez pas à parler de nourriture, pour toucher le goût et l’odorat. Vous pouvez aussi aller plus loin en évoquant la texture de la croûte du pain dans votre bouche et le son du craquement de la baguette qu’on partage.

La zone Insula associe l’histoire à notre expérience

Plus vous êtes dans le concrêt, plus vous allez toucher votre audience. Ainsi, vous allez créer une vraie connexion avec votre public.

Votre auditeur ou lecteur n’est pas passif quand vous racontez quelque chose : ils cherchent à raccrocher cette histoire avec quelque chose qu’il a vécu. Tandis qu’il cherche dans sa mémoire, la zone Insula du cerveau s’active : elle va lui permettre d’associer à cette expérience des sensations comme la souffrance ou la gaieté…

Les marques utilisent ces mécanismes pour séduire

Ce n’est donc pas pour rien si les marques cherchent sans cesse à nous raconter des histoires. En stimulant certaines parties du cerveau et en faisant appel à nos expériences passées, l’histoire crée des émotions qui facilitent la mémorisation et l’impact de la campagne.

Le but est de nous toucher directement : si l’histoire racontée est efficace elle va nous faire nous sentir directement concernés.

La cible qui se sent concernée est beaucoup plus susceptibles d’acheter le produit. C’est pourquoi les marques vont essayer de nous raconter des histoires qui nous rappellent nos expériences passées. Parler du quotidien des gens, faire appel à des choses qu’ils connaissent bien pour les amener à consommer, voilà l’idée.

Vous aussi, vous pouvez appliquer ces concepts à votre stratégie de communication. Pour faire passer un message qui soit plus percutant, misez sur l’émotion, éveillez les sens et surtout racontez des histoires !

Cet article vous inspire ? Partagez-le sur les réseaux sociaux !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

X
X