Pression à la conformité : et si on lui réglait son compte ?

pression à la conformité

Condition du fonctionnement de tout groupe social, la pression à la conformité peut avoir des effets sur le groupe, sans même qu’il s’en rende compte, d’ailleurs, particulièrement délétères.

Pour s’intégrer à un groupe, un individu doit parvenir à se conformer :

  • Aux règles explicites et implicites qui le régissent
  • Au croyances et valeurs qui unissent émotionnellement le groupe
  • Aux comportements en usage dans le groupe, ou patterns, qui définissent les modalités d’interactions entre ses membres.

En échange, le groupe sera garant de l’intégrité de la personne, et de sa liberté à être et exprimer son originalité.

La pression à la conformité : une dynamique inhérente à tout groupe

Bref, la pression à la conformité est à la base de toutes les organisations, comme les entreprises, ou même une population d’un pays, mais aussi du fonctionnement d’autres typologies de groupes comme les réseaux sociaux, qui permettent d’observer cela à bien plus grande échelle dans des espaces pourtant dématérialisés.

Pourtant, cette pression à la conformité peut avoir des conséquences particulièrement dangereuses : lorsque des membres qui souhaiteraient revendiquer une trop grande originalité se trouveraient rejetés du groupe, voire ostracisés.

Prenons, par exemple, un groupe, une entreprise ou un réseau social, qui excluerait de son mode de fonctionnement toute possibilité d’avoir des discussions autres que professionnelles. Ce groupe plébisciterait uniquement les échanges corporate, sérieux, au détriment des publications plus légères, plus intimes ou funs, qui seraient jugées comme inappropriées.

Un risque pour la survie du groupe !

Le risque pour ce groupe serait triple, même si en apparence, il verrait sans ce mode de fonctionnement un réel avantage :

  • Appauvrissement des échanges et des débats dans le groupe, puisque tout le monde n’exprime que la pensée unique et dominante
  • Peur de formuler des idées qui pourraient permettre au groupe de progresser parce qu’elles remettent en cause le fonctionnement du groupe
  • Fuite des talents et des idées qui rejoignent d’autres groupes dont les règles de fonctionnement permettent une meilleure circulation des idées

À terme, c’est l’extinction pure et simple du groupe qui est en jeu.

 

Faire de la pression à la conformité une force

Néanmoins, cette pression à la conformité n’est qu’un mécanisme inhérent au fonctionnement d’un groupe social : si elle est inévitable, il est possible d’en faire une force et un avantage en redéfinissant les règles de fonctionnement du groupe :

  • Accueillir les nouvelles idées et opinions avec bienveillance
  • Susciter une culture du débat non pour prouver que le groupe a raison mais avec pour objectif de progresser
  • Respecter chacun dans sa liberté s’exprimer comme il l’entend, même si c’est en décalage avec le consensus qui définit le fonctionnement du groupe

Clairement, un groupe n’est jamais figé : il s’agit d’une structure dynamique en perpétuel changement. À nous de choisir le groupe dans lequel nous souhaitons vivre et évoluer.   Si vous souhaitez travailler avec nous une ligne éditoriale qui fait la différence, contactez-nous !

Cet article vous inspire ? Partagez-le sur les réseaux sociaux !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

X
X