Flowstate un outil pour améliorer la productivité de votre rédaction web

flowstate-stop-syndrome-page-blanche

Flowstate : l’application qui dit stop à la page blanche

Flowstate c’est une application dont vous avez peut-être entendu parler ! En effet, elle n’est pas passée inaperçue sur le monde des Internets. Alors, quel est le concept de cette app qui décide d’en finir avec la procrastination ou le syndrôme de la page blanche ?

Flowstate a un design ultra sobre et totalement épuré : à première vue, c’est un simple éditeur de texte. La seule différence, c’est que vous paramétrez l’application en choisissant un timer de 5 à 180 minutes, une police et hop, vous êtes en route. Ensuite ? Une fois lancé, le temps est décompté et si jamais vous arrêtez d’écrire pendant 5 secondes, vous perdez absolument tout votre texte. Il devient alors impossible d’arrêter de pianoter sur votre clavier jusqu’à ce que le temps choisi soit entièrement écoulé et que le bouton de sauvegarde apparaisse (et là, c’est le Graal !).

C’est un peu stressant au début mais on s’y habitue très vite. Le concept vous intrigue ? Malheureusement, pour le moment l’application n’est disponible que sur l’AppStore, à 9,99 euros. Mais parole de rédactrice web, un peu accro à la procrastination, cette appli peut vraiment vous changer la vie !

Flowstate libère l’écriture automatique

Le concept de l’application repose sur la théorie “Flow” du psychologue Mihaly Csikszentmihalyi. « L’utilisateur se plonge dans un état d’esprit où la conscience de soi a disparu » : il est alors totalement concentré et absorbé par ce qu’il fait.

Je conçois tout à fait que le concept puisse faire peur : on prend le risque de perdre tout le travail déjà produit. Mais c’est une aussi une sacrée motivation ! Dès que le timer est lancé, on sait que les prochaines minutes vont être intenses et qu’on va avoir des crampes dans les doigts à force de taper frénétiquement sur nos petits claviers.

En revanche, c’est une super méthode de travail. Adieu mails, notifications, réseaux sociaux et appels téléphoniques intempestifs : vous êtes entièrement dédié à votre tâche. C’est une pression très positive : vous n’êtes plus accaparé par le web, vous ne pouvez pas procrastiner ou laisser votre concentration s’éparpiller.

C’est dans ces moments-là qu’on se rend compte que les réseaux sociaux nous accaparent et nous prennent un temps fou : un temps que l’on peut largement optimiser pour arriver à la fin de sa journée avec sa liste de tâches terminée. On ne pense pas à la mise en page, à l’orthographe d’un mot ou encore à la ponctuation : on écrit, on écrit aussi vite que possible et on jette ses idées sur le papier. Et du coup, en quelques minutes, nous écrivons d’une manière beaucoup plus automatique, avec un enchaînement d’idées très fluide puisque nous suivons le cours de notre pensée.

Flowstate : pourquoi je l’aime ?

Alors, Flowstate, outil de torture ou véritable booster ? Je crois que pour avoir la réponse, il faut tester ! La méthode peut paraître un peu brutale, mais cela permet de rédiger d’une toute nouvelle manière et donc, d’exploiter une toute nouvelle méthode de travail.

Pour moi, Flowstate a complètement révolutionné ma manière de travailler. Je m’organise mieux en amont, je rédige plus vite et mes idées s’enchaînent plus facilement : je ne me pose plus de questions, je rédige et je viens peaufiner après.

Là où j’étais bloquée parfois pendant plusieurs heures face à un sujet, je me lance et je ne réfléchis plus. Ce n’est pas parfait, mais cela me permet d’avoir une bonne base, un premier jet assez complet : je n’ai plus qu’à retravailler, à développer et à optimiser.

Personnellement, je trouve que 5 minutes passent trop vite et je n’ai pas encore tenté de rédiger pendant plus de trente minutes. J’aime beaucoup “10 min” : c’est idéal pour poser toutes mes idées sur le papier et avoir l’essentiel de mon texte rédigé. Pour moi, c’est un vrai bon moyen de ne plus procrastiner, de me jeter à l’eau et de me détacher de l’angoisse de la page blanche. D’ailleurs, la base de cet article a été produite sur Flowstate !

Alors, pour tous les rédacteurs web qui cherchent encore leur méthode de travail, Flowstate est une piste à creuser. Et vous, vous l’avez essayé ? Vous en pensez quoi ?


Cet article vous inspire ? Partagez-le sur les réseaux sociaux !

Comments

  1. Bonjour Alexandra,
    Merci de votre recommandation. Depuis un moment, j’utilise http://www.themostdangerouswritingapp.com Même concept que flowstate, mais gratuite et accesible sur le web. Pour moi, ces applis sont un véritable boost !

    • Alexandra Arnaud : août 24, 2016 at 10:47

      Merci pour votre retour ! Je ne connais pas cet outil, je vais aller voir 🙂 En tout cas, j’adore le concept !

  2. Bonjour Alexandra,
    Merci de votre recommandation. Depuis un moment, j’utilise http://www.themostdangerouswritingapp.com Même concept que flowstate, mais gratuite et accesible sur le web. Pour moi, ces applis sont un véritable boost !

    • Alexandra Arnaud : août 24, 2016 at 10:47

      Merci pour votre retour ! Je ne connais pas cet outil, je vais aller voir 🙂 En tout cas, j’adore le concept !

  3. Bonjour, je reste assez perplexe sur le fait de mettre autant de pression dans la rédaction. Celle-ci doit être un plaisir et je pense que le temps garantie la qualité rédactionnelle. Cependant je vais tester votre outil et je ne manquerai de faire un retour ou d’écrire un article sur son utilisation.

    Cordialement

    • Alexandra Arnaud : septembre 20, 2016 at 8:18

      Bonjour, j’aime écrire et Flowstate « ne me met pas la pression », pour moi c’est avant tout une autre façon d’envisager la rédaction, une manière de découvrir l’écriture automatique. A mes yeux, c’est plus un jeu qu’un tortionnaire 🙂 Si vous écrivez un article, n’hésitez pas à nous envoyer le lien, nous serons ravis d’aller faire un tour !

  4. Bonjour, je reste assez perplexe sur le fait de mettre autant de pression dans la rédaction. Celle-ci doit être un plaisir et je pense que le temps garantie la qualité rédactionnelle. Cependant je vais tester votre outil et je ne manquerai de faire un retour ou d’écrire un article sur son utilisation.

    Cordialement

    • Alexandra Arnaud : septembre 20, 2016 at 8:18

      Bonjour, j’aime écrire et Flowstate « ne me met pas la pression », pour moi c’est avant tout une autre façon d’envisager la rédaction, une manière de découvrir l’écriture automatique. A mes yeux, c’est plus un jeu qu’un tortionnaire 🙂 Si vous écrivez un article, n’hésitez pas à nous envoyer le lien, nous serons ravis d’aller faire un tour !

  5. Je viens de tester à l’instant themostdangerouswritingappoftheweb, suite à la lecture de votre billet et des commentaires, et il est vrai que je suis tenté par le principe (étonnant qu’on ait tiré un truc pareil de Csikszentmihalyi…). Je sens confusément que le passage par cet appli peut être un excellent déclencheur, mais je l’associerai sans doute à ce qui m’est devenu indispensable pour démarrer, une app de mindmap. Je me suis vraiment rendu compte qu’une première mindmap pour tout projet d’écriture (bon, j’écris dans le cadre universitaire, c’est donc en général toujours plus long que des billets de blog) m’aidait profondément à imaginer le projet, puis à le structurer. Du coup, je me dis qu’après cette première étape, une obligation d’écriture automatique, avec son corrolaire de mise à l’écart de toute distraction, ça pourrait bien être LA bonne idée. Les cinq minutes de test m’ont permis d’apercevoir la capacité de focalisation que permet l »obligation d’écriture automatique… en revanche, les cinq minutes m’ont paru très frustrantes. Je pense que je vais essayer directement 10mn comme vous, mais je ressens confusément que mon temps de prédilection va être d’un quart d’heure. Et clairement, je préfère une application qu’une webapp, quelque chose qui reste en local. Merci, en tout cas, pour le tuyau.

    • Alexandra Arnaud : septembre 4, 2017 at 10:57

      C’est exactement ça qui me plaît dans ces outils, le côté « déclencheur ». Je me rends compte qu’en réalité, je peux écrire sur tous les sujets (ou presque). Ravie si cela a pu vous aider et bon courage pour vos travaux universitaires 😉

  6. Je viens de tester à l’instant themostdangerouswritingappoftheweb, suite à la lecture de votre billet et des commentaires, et il est vrai que je suis tenté par le principe (étonnant qu’on ait tiré un truc pareil de Csikszentmihalyi…). Je sens confusément que le passage par cet appli peut être un excellent déclencheur, mais je l’associerai sans doute à ce qui m’est devenu indispensable pour démarrer, une app de mindmap. Je me suis vraiment rendu compte qu’une première mindmap pour tout projet d’écriture (bon, j’écris dans le cadre universitaire, c’est donc en général toujours plus long que des billets de blog) m’aidait profondément à imaginer le projet, puis à le structurer. Du coup, je me dis qu’après cette première étape, une obligation d’écriture automatique, avec son corrolaire de mise à l’écart de toute distraction, ça pourrait bien être LA bonne idée. Les cinq minutes de test m’ont permis d’apercevoir la capacité de focalisation que permet l »obligation d’écriture automatique… en revanche, les cinq minutes m’ont paru très frustrantes. Je pense que je vais essayer directement 10mn comme vous, mais je ressens confusément que mon temps de prédilection va être d’un quart d’heure. Et clairement, je préfère une application qu’une webapp, quelque chose qui reste en local. Merci, en tout cas, pour le tuyau.

    • Alexandra Arnaud : septembre 4, 2017 at 10:57

      C’est exactement ça qui me plaît dans ces outils, le côté « déclencheur ». Je me rends compte qu’en réalité, je peux écrire sur tous les sujets (ou presque). Ravie si cela a pu vous aider et bon courage pour vos travaux universitaires 😉

  7. Juste une question « technique »: les reviews de l’application sur l’AppStore sont assez mauvaises, notamment sur l’ergonomie de l’app, ce qui m’a un peu refroidi. Qu’en est-il de votre expérience, notamment sur la façon dont on récupère les écrits dès lors qu’on a passé la période d’écriture automatique choisie (plusieurs formats ou seulement texte, envoi vers le logiciel de son choix ou juste dans le presse papier), sur les délais possibles (prédéterminés, choix restreint, choix libre?); bref, est-ce qu’une fois la fonction de déclencheur réalisée, l’appli devient un bon gestionnaire de texte, ou tout au moins un bon « aiguilleur » de texte ?
    Merci, en tous les cas, pour vos réponses.

    • Alexandra Arnaud : septembre 7, 2017 at 11:03

      Bonjour et désolé pour le délai de réponses !
      Alors, le design de l’appli est sommaire : un endroit pour ajouter créer un nouveau texte, un endroit pour récupérer les textes sauvegardés.
      Dès que le temps est écoulé, on récupère les écrits très simplement : un bouton d’enregistrement s’affiche à la place du compteur. On clique et ça les sauvegarde. Vous les retrouvez dans le menu de l’app. (Sans images je suis pas très claire ^^). Une fois le texte terminé, il est possible de copier dans le presse papier, et de l’envoyer soit vers une app de type mail, notes ou encore directement sur les réseaux sociaux. Les délais possibles sont prédéterminés : vous pouvez choisir 5,10, 15, 30, 45, 60, 120, 180 minutes. Par contre, il n’est pas possible de mettre en forme le texte (styles, gras). Plusieurs polices sont dispos pour faciliter la lisibilité et la taille du texte et des marges est réglable pour plus de confort. Voilà, hésitez pas si vous avez d’autres questions !

  8. Juste une question « technique »: les reviews de l’application sur l’AppStore sont assez mauvaises, notamment sur l’ergonomie de l’app, ce qui m’a un peu refroidi. Qu’en est-il de votre expérience, notamment sur la façon dont on récupère les écrits dès lors qu’on a passé la période d’écriture automatique choisie (plusieurs formats ou seulement texte, envoi vers le logiciel de son choix ou juste dans le presse papier), sur les délais possibles (prédéterminés, choix restreint, choix libre?); bref, est-ce qu’une fois la fonction de déclencheur réalisée, l’appli devient un bon gestionnaire de texte, ou tout au moins un bon « aiguilleur » de texte ?
    Merci, en tous les cas, pour vos réponses.

    • Alexandra Arnaud : septembre 7, 2017 at 11:03

      Bonjour et désolé pour le délai de réponses !
      Alors, le design de l’appli est sommaire : un endroit pour ajouter créer un nouveau texte, un endroit pour récupérer les textes sauvegardés.
      Dès que le temps est écoulé, on récupère les écrits très simplement : un bouton d’enregistrement s’affiche à la place du compteur. On clique et ça les sauvegarde. Vous les retrouvez dans le menu de l’app. (Sans images je suis pas très claire ^^). Une fois le texte terminé, il est possible de copier dans le presse papier, et de l’envoyer soit vers une app de type mail, notes ou encore directement sur les réseaux sociaux. Les délais possibles sont prédéterminés : vous pouvez choisir 5,10, 15, 30, 45, 60, 120, 180 minutes. Par contre, il n’est pas possible de mettre en forme le texte (styles, gras). Plusieurs polices sont dispos pour faciliter la lisibilité et la taille du texte et des marges est réglable pour plus de confort. Voilà, hésitez pas si vous avez d’autres questions !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

X
X