Storytime : vrai storytelling ou narration egocentrée ?

story-time-storytelling

Vous savez quoi ? J’adore explorer les nouvelles tendances, principalement les tendances storytelling qui émergent sur YouTube. Les Youtubeurs et Youtubeuses sont tout simplement les personnes les plus imaginatives que je connaisse, notamment dès qu’il s’agit de personal branding : et oui, même votre Youtubeur préféré, et surtout lui dirais-je, fait extrêmement attention à son image, cherchant sans cesse à se renouveler pour, graal, augmenter son nombre de vues sur ses vidéos ! 🙂

Pourtant, depuis quelques temps, émerge sur YouTube une nouvelle tendance qui suscite sur les réseaux sociaux de nombreuses interrogations : il s’agit du storytime, un nouveau format de vidéos tout droit venu des États-Unis ! Le principe est vraiment très simple : raconter, face à la caméra, on pourrait presque dire confesser, un moment de sa vie. Il peut s’agir d’un moment drôle, mais aussi un moment gênant, ou même un moment particulièrement douloureux. Objectif non avoué : susciter un sentiment d’empathie chez la personne qui visionne la vidéo.

Sauf qu’il est tout à fait légitime de se poser la question suivante : est-ce que le storytime, en cherchant à s’approprier les codes du storytelling, ne serait pas en définitive qu’une forme de narration egocentrée ? Est-ce un format dont l’entreprise peut s’inspirer ? À quelles conditions ?

Un exemple de storytime !

Vous voulez voir un storytime ? En voici un que j’apprécie particulièrement, publié par une Youtubeuse très active sur le réseau, Shera Kerienski :

Comme vous le constatez, le principe est simple ! Pour un storytime qui marche, il faut :

  • Une communauté sur Youtube déjà très engagée ;
  • Une volonté de partager sur le mode de la confidence ;
  • Une bonne dose d’humour et d’autodérision, même pour les sujets les plus graves !

Mais quel est vraiment l’intérêt du storytime ? C’est la question que posent de nombreux internautes sur les réseaux sociaux :

Bref, au delà de l’engouement pour le storytime, ressortent deux points :

  • La plupart des storytimes que j’ai visionné sont construits sur le même modèle, le même rythme… Et au bout de quelques vidéos, ça peut devenir lassant !
  • Le fait que la profusion de storytimes, chaque Youtubeur se devant d’en faire au moins un, crée rapidement un sentiment de saturation.

Faut-il en déduire qu’il faut jeter le storytime, en le reléguant au rang d’une narration egocentrée qui passera aussi vite qu’elle est venue, comme tout phénomène de mode ?

Je suis loin d’en être certain ! Même si le storytime semble dénué d’intérêt, je suis convaincu que ce format a énormément à nous apprendre, notamment en termes de mise en perspective de soi dans une histoire.

Pourquoi le storytime, c’est du storytelling

Ceux qui me suivent depuis longtemps le savent, je dis souvent aux entrepreneurs qu’ils ne sont SURTOUT pas les héros de leur histoire. Bien entendu, raconter son histoire dans une stratégie de storytelling est important, mais cette histoire individuelle n’a vraiment d’intérêt que mise en perspective d’une histoire plus vaste qui est l’histoire de votre client, votre héros.

En fait, c’est simple : tout le monde se contrefout de votre histoire, tant que celle-ci ne permet pas une forme d’identification chez celui qui la réceptionne : bref, si elle ne résonne pas dans sa propre histoire.

Or, le storytime, c’est quoi ? C’est un format qui permet de susciter une identification extrêmement forte par la narration d’anecdotes qui, si elles peuvent paraitre banales à pleurer, sont justement universelles.

Le storytime est à proprement parler un format propice au storytelling parce que cette narration sous forme de confidences crée, au delà de la seule identification, un sentiment d’appartenance : en partageant mon intime avec toi, que j’en sois fier ou non, qu’il soit ou non souffrant, je t’intègre dans mon cercle le plus proche, celui ou seuls mes amis sont acceptés.

Saturation ou non, le storytime est un format qui se révèle franchement intéressant à explorer, et pourquoi pas par les entrepreneurs !

Le storytime : un format pour les entrepreneurs ?

Bien sûr, si vous êtes une grosse entreprise, inutile de vous jeter à corps perdu dans le storytime. Par contre, si vous êtes entrepreneur et que vous capitalisez sur votre personal branding, le storytime est un format qui peut très rapidement s’avérer passionnant !

La vie d’un entrepreneur est loin d’être un long fleuve tranquille : elle regorge de petites aventures ou mésaventures qui sont autant d’anecdotes à partager. Par exemple :

  • Ma dernière visite au RSI ;
  • Comment j’ai trouvé mon tout premier client ;
  • Le jour où j’ai commencé à m’organiser dans mon travail ;
  • Etc…

Bien entendu, dans ce type de vidéos, ne parlez ni de vos produits ou de vos prestations, et cultivez l’humour ! Soyez caustique et n’hésitez pas à aller vers l’autodérision : c’est la clé de votre succès !

Adopter le storytime va tout simplement vous permettre de créer un lien très fort et très émotionnel avec votre communauté. Bien entendu, ne tombez pas dans l’excès en ne faisant que des storytimes ! Au contraire, intégrez-le dans une stratégie plus globale dans laquelle vous allez varier les formats de contenu. Nul doute que le storytime vous permette, en revanche, d’engager votre communauté comme jamais !


 

Cet article vous inspire ? Partagez-le sur les réseaux sociaux !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

X
X