Travailler son personal branding sur les réseaux sociaux, quoi que certains en disent, c’est tout sauf simple.

Bien entendu, il y a les tenants de l’improvisation totale, du lâcher prise à tout va : en gros, tu prends ton smartphone, et tu publies sans réfléchir tout ce qui te passe par la tête. Parce que c’est toi, parce que tu es unique et irremplaçable, et parce que c’est beau de te voir si frais et spontané.

Personnellement, cette vision des choses me fait doucement marrer… Autant je suis le premier à plébisciter l’humain et l’authenticité sur les réseaux sociaux, autant je suis persuadé que pour installer une stratégie pérenne et obtenir un vrai ROI de cette présence sociale, il va falloir acquérir tout un ensemble de bonnes pratiques et d’automatismes.

Les réseaux sociaux, ce n’est pas difficile, mais à condition d’avoir une bonne méthodologie, de la constance, et de vrais indicateurs pour piloter notre performance individuelle.

Or, c’est justement sur ce dernier point que le bât blesse, tant sur Facebook que Twitter où il n’existe pas d’indicateur global de la performance d’un profil.

Par contre, sur LinkedIn, il en existe un : le Social Selling Index ou SSI. Un indicateur passionnant qui va vous permettre de piloter votre présence sociale sur LinkedIn, mais va également vous donner les outils pour développer votre présence sur l’ensemble des autres réseaux sociaux.

Le Social Selling Index, c’est quoi ?

Le Social Selling Index, c’est un indicateur qui évalue la qualité de votre présence sur LinkedIn. Cet indicateur se concrétise sous la forme d’un score allant de 1 à 100, lui-même découpé en 4 indicateurs, chacun noté sur 25 :

  • Construire votre marque personnelle
  • Trouver les bonnes personnes
  • Échanger des informations
  • Établir des relations

Ci-dessous, voici mon propre Social Selling Index :

social selling index linkedin

Pour consulter le vôtre, suivez le lien suivant : https://business.linkedin.com/fr-fr/sales-solutions/social-selling/le-social-selling-index-ssi

Ce qu’il faut noter, et c’est un élément essentiel, c’est que le Social Selling Index n’a aucun impact sur la visibilité de votre profil dans LinkedIn. À aucun moment cet indicateur n’est pris en compte par l’algorithme de ce réseau social.

De là à penser, comme beaucoup, qu’il faut dès lors se foutre comme de l’an 40 de ce Social Selling Index, il n’y a qu’un pas. Pourtant, je l’affirme, le Social Selling Index est un élément important dans le pilotage de votre E-reputation, parce qu’il va vous permettre :

  • De visualiser de manière simple quelles sont les lacunes dans votre stratégie
  • D’apporter des actions correctives concrètes et réfléchies à ces axes d’amélioration afin de faire grimper ce score, et donc améliorer la qualité de votre présence sur LinkedIn.

Indicateur n°1 : construire votre marque personnelle

Pour cartonner sur ce premier indicateur, vous allez vous centrer sur votre carte d’identité professionnelle, à savoir votre profil LinkedIn. Cela peut sembler évident, mais pourtant, la plupart des profils sont aujourd’hui soit incomplets, soit très mal optimisés.

Vous allez donc devoir développer sur votre profil l’ensemble de votre vie professionnelle, en travaillant ses contenus non comme un simple CV, mais en vous focalisant sur les attentes d’une personne qui le consulterait : qu’est-ce qui ferait qu’elle aurait envie de prendre contact avec vous ?

Mettre en avant ses expériences professionnelles, c’est bien, mais pourquoi pas les détailler en expliquant ce que vous avez appris dans chacune ? Et n’hésitez pas à enrichir, par exemple avec des photos, des vidéos, mais aussi des PDF, chacune de ces expériences professionnelles.

Valorisez vos compétences, en évitant de mentionner des compétences erronées. Et n’oubliez pas une chose : recommander les compétences de votre réseau entraine souvent une recommandation de ses compétences en retour ! 😉 Et enfin, demandez à vos clients de vous rédiger une recommandation directement dans LinkedIn. Ces recommandations écrites ont dans votre profil une importance stratégique.

Enfin, valorisez vous ! Vous n’imaginez pas les miracles qu’une belle photo et une introduction qui a la patate peuvent faire sur la perception que les autres vont avoir de votre profil.

Indicateur n°2 : Trouver les bonnes personnes

Votre activité sur LinkedIn a un impact majeur sur votre Social Selling Index et c’est tout à fait logique : plus vous interagissez avec les autres, plus vous créez des relations intéressantes avec votre communauté, et plus vous êtes susceptible de transformer ces échanges en opportunités commerciales.

Commencez par utiliser les outils de recherche mis à votre disposition par LinkedIn, par exemple le moteur de recherche avancé ou encore les recherches booléennes AND OR NOT qui vont vous permettre d’affiner vos recherches.

Vous pouvez également utiliser les outils avancés du Sales Navigator, si vous bénéficiez d’un abonnement premium (indispensable selon moi).

Enfin, les groupes sont aussi des outils fantastiques pour développer de manière qualitative votre réseau, à condition de choisir des groupes vraiment actifs. Et d’y aller chaque jour car le système de notifications pour les groupes LinkedIn laisse plus qu’à désirer.

Indicateur n°3 : Échanger des informations

Ce que mesure ce critère, c’est la qualité de votre engagement sur LinkedIn. Tout d’abord, vos publications :

  • Posts
  • Partage d’articles
  • Publication d’articles Pulse
  • Partage des publications de votre communauté

Puis LinkedIn va également tenir compte :

  • Des interactions avec vos publications
  • De vos interactions avec les publications tierces (j’aime, partages, commentaires, etc…)

Un conseil : variez les formats de vos publications pour éviter de lasser votre communauté. Pourquoi, par exemple, si vous n’êtes pas à l’aise avec l’écrit, ne pas vous mettre à la vidéo ?

Vous pouvez également être actif sur des groupes, ou pourquoi pas, même, animer le vôtre ! Et enfin, vous pouvez également utiliser Sales Navigator, et notamment l’outil de sauvegarde des leads. Grâce à cet outil, vous allez pouvoir avoir une approche plus qualitative du partage de contenu avec les cibles commerciales que vous visez.

Indicateur n°4 : Établir des relations

Ici, LinkedIn va analyser votre capacité à faire grandir votre réseau de manière qualitative. Être actif sur LinkedIn, cela ne consiste pas qu’à publier du contenu : cela signifie également s’intéresser aux autres et à leurs profils.

N’hésitez pas à accepter les demandes de mise en relation (personnellement, je les accepte presque toutes, même si je sais que certains privilégient la sélection drastique), et à vous-même effectuer des demandes de mise en relation hors de votre réseau habituel.

Être sur LinkedIn, c’est élargir son horizon professionnel, et non pas se contenter de son petit cercle !

Utilisez les InMail pour entrer en relation avec les personnes avec lesquelles vous n’êtes pas connecté, et notamment celles que vous identifiez comme des prospects.

Et SURTOUT, au-delà de ces mises en relation, parlez à votre réseau ! Nous sommes sur un réseau social : la base est donc l’échange. C’est d’ailleurs une des raisons, mais cela pourrait tout à fait faire l’objet d’un article à part entière, j’ai totalement cessé toute forme d’automatisation sur l’ensemble de mes profils de réseaux sociaux.

 

Faut-il faire de son Social Selling Index le cœur de votre stratégie ? Assurément, non ! Notre objectif en tant que social seller sur les réseaux sociaux, c’est de vendre, pas d’augmenter notre score Social Selling Index.

Par contre, ce Social Selling Index complètement inutile dans l’absolu a une vertu non négligeable : il peut vous permettre de remettre en question de manière positive vos pratiques, bref, d’entrer dans une logique d’amélioration continue de vos pratiques sur les réseaux sociaux, en vous incitant, si vous le vivez comme un jeu, et non comme une contrainte, à explorer de nouveaux supports, de nouvelles pistes pour vous différencier. Bonnes pratiques que vous pourrez tout à fait transposer sur d’autres réseaux sociaux comme Facebook, Twitter ou encore Instagram : Parce qu’être social seller ne s’arrête pas, loin de là, à LinkedIn.

Pin It on Pinterest