5 astuces pour développer votre storytelling !

astuces storytelling

Bon, je sais… Je fais partie de ces personnes qui adorent s’écouter écrire… 😉 Mes articles vont souvent à l’encontre de tout ce qui peut se faire de raisonnable sur le web, ou plutôt de ce qui se prétend être raisonnable !

Des phrases courtes et simples, très peu de jargon, des listes, pour que ce soit très facilement appréhendable par l’internaute, qu’il sache avant même avoir lu l’article, via la seule lecture des titres, ce qu’il va apprendre… Le tout corroboré à grands renforts d’experts américains en marketing…

Que voulez-vous, je suis indécrottable ! Offrez à un littéraire qui adore raconter des histoires, rompu aux techniques du marketing, toutes les possibilités du web sur un plateau et vous obtenez un storyteller heureux : bref, moi !

Bon, en attendant, j’avais envie, au travers du présent article, de répondre à une question posée par un de mes clients : « si tu devais synthétiser en 5 points ce qu’il faut faire pour avoir du bon storytelling, tu dirais quoi ? ».

Une fois, donc, n’est pas coutume, je vous ai concocté un bel article sous forme de liste ! « Ouf ! » dites-vous ? Pas sûr ! Qui sait jusqu’où cette liste est capable de nous conduire…

Astuce storytelling n°1 – Suscitez de la curiosité

Et oui ! C’est tout bête et il fallait y penser ! L’être humain est une créature curieuse : si vous titillez un tant soit peu cette curiosité, vous avez tout gagné.

Admettons, par exemple, que vous soyez une startup et que vous cherchiez à faire connaitre votre produit : plutôt que de perdre un temps précieux à expliquer en long, en large et en travers à quel point votre produit est passionnant, innovant, disruptif, pourquoi ne pas simplement provoquer de l’attente autour de votre produit en faisant planer sur lui une aura de mystère ?

C’est une stratégie extrêmement connue, et qui a toujours été très utilisée, par exemple, par Apple : que seriez-vous prêt à faire pour être le premier à posséder un produit que tout le monde attend ?

Avec les réseaux sociaux, ce type de stratégie devient particulièrement facile à mettre en œuvre : il ne vous reste plus qu’à prévoir un budget Ads conséquent (et oui, Facebook ou Twitter sans sponsoriser quand on a peu de communauté, c’est courir tout droit à l’échec !), de paramétrer les bonnes options de ciblage qui vont bien, et, surtout, à bien définir votre scénario de teasing. Car un teasing digne de ce nom, ça se prépare, ça se développe, ça s’effeuille avec délicatesse et volupté… Faites monter la pression, donnez aux gens une envie irrépressible de tester votre produit, et je vous garantis qu’il sera un beau succès ! 😉

Astuce storytelling n°2 – Développez une expérience immersive sur votre site web

L’expérience que va vivre un internaute qui visite un site web est un élément déterminant pour qu’il devienne plus qu’un simple prospect, c’est à dire un client ! Et pour créer une expérience immersive sur son site web, rien ne vaut le storytelling.

Sauf que dans la plupart des cas, quand on réalise, ou qu’on fait réaliser un site web, on a la fâcheuse tendance à mettre la charrue avant les bœufs : toute l’énergie se concentre sur le webdesign, alors qu’il faut, au contraire, commencer par déterminer une bonne histoire et la charte éditoriale qui va en découler.

Si un beau site est un élément important, ce n’est malgré tout pas une condition nécessaire pour commencer à faire du storytelling digital. Par contre, un blog, des vidéos, de belles photos ou infographies sont indispensables : bref, utilisez toutes les typologies de contenus que le web met à votre disposition pour déployer l’histoire de votre marque (qui n’est pas nécessairement VOTRE histoire) !

Plus vous allez publier du contenu intéressant, plus vous allez utiliser des techniques de gamification pour rendre l’expérience utilisateur ludique et passionnante, plus vos visiteurs se lieront de manière intime à votre site, à votre histoire, et seront, ainsi, disposés à devenir vos clients.

Astuce storytelling n°3 – Problème et résolution : mettez-vous à la place de votre client

J’aime à dire (cela revient souvent dans mes articles), que votre histoire n’intéresse personne : tout simplement parce qu’elle ne répond pas à la question majeure « À quel problème répondez-vous ? ».

Oui, votre produit est superbe, oui, vous êtes pleinement innovant et votre service est réellement disruptif : si vous ne vous mettez pas à la place de votre client et ne répondez pas, point par point, à la manière dont vous répondez à SA problématique, à SON besoin.

Vous n’êtes pas le héros de votre histoire, c’est votre client qui en est le personnage central. C’est lui qui doit accomplir une quête, quête qui reste à imaginer, et vous n’êtes que l’adjuvant qui lui permettra de dépasser tous les obstacles pour remporter son combat final !

Bref, avant d’écrire ou de publier quoi que ce soit sur votre site (photo, video, etc…) posez-vous à chaque fois la question : me suis-je mis dans la peau de mon client ?

Astuce storytelling n°4 – Faites du Visual Storytelling

Je l’ai déjà dit plus haut, les visuels revêtent une importance capitale sur votre site web : mais sur les réseaux sociaux, ils deviennent même complètement stratégiques. C’est pourquoi les médias visuels, souvent absents de la plupart des sites web, doivent pourtant être privilégiés.

Bien entendu (je vous vois venir !), il n’est pas non plus question de ne faire que du visuel et de laisser tomber l’écrit : n’oublions pas que l’écrit permet de donner de la profondeur, en lui conférant une aura, à n’importe quelle image, et que grâce à lui, l’histoire pourra être vraiment racontée. De même, l’écrit est aujourd’hui l’ADN du web : je suis toujours profondément attristé quand je constate l’indigence de la plupart des contenus qui y sont publiés.

Le Visual Storytelling se prête à de nombreux formats : mon préféré reste le scrollitelling, qui permet, en tirant avantage des effets parallax d’un one-page, de développer des histoires passionnantes et complexes.

Vous ne connaissez pas le scrollitelling ? Voici un exemple que vous allez trouver passionnant découvert dans Trekmag !

Et voici un autre exemple que je trouve excellent !

 

Astuce storytelling n°5 – La vérité toute crue n’est pas toujours bonne à dire !

Aïe ! Nous arrivons au point sensible, et j’imagine déjà tous ceux qui en concluront que le storytelling n’est qu’affaire de manipulation : pourtant, en matière de storytelling, comme en matière de communication en général d’ailleurs, la vérité toute crue n’est jamais bonne à dire.

Pourquoi ? parce que la réalité est toujours bien moins passionnante que la fiction : cette dernière permet de ne préserver que les éléments les plus signifiants pour structurer l’histoire, et, surtout, de pouvoir valoriser ces éléments par le biais des techniques narratives propres au storytelling.

Il en va d’ailleurs ainsi de notre mémoire, par exemple : en effet, par rapport à un événement donné, celle-ci ne sélectionnera que les éléments marquants qu’elle fera également passer à la moulinette de notre imaginaire. Nos souvenirs sont ainsi en eux-mêmes des histoires : certes, au plus proche du réel, mais mis en perspective d’une subjectivité qui les aura travaillés pour les mettre en cohérence avec une histoire plus globale.

Bref, dites la vérité, mais posez-vous toujours la question de quelle vérité vous vous apprêtez à dire. 😉

 

Avec ces 5 astuces, nul doute que vous allez pouvoir commencer à développer une histoire pour votre business. Et s’il n’y a qu’une seule chose à se rappeler, c’est celle-ci : vous ne vous différencierez jamais avec vos produits ou avec vos prestations, même ultra innovants, mais c’est l’histoire que vous développerez qui vous permettra de vous distinguer et de devenir une marque réellement incontournable.


Cet article vous inspire ? Partagez-le sur les réseaux sociaux !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

X
X