Voilà déjà quelques jours que je me posais la question de la thématique sur laquelle allait porter mon tout premier article de l’année. Il faut dire que le storytelling est en soi tellement vaste que les sujets ne manquent pas ! C’est uniquement le temps qui, malheureusement quand on tient un blog, nous fait cruellement défaut.

Quoiqu’il en soit, j’avais envie d’aborder aujourd’hui la question des idées préconçues que, tous, nous pouvons avoir sur le storytelling. En effet, si le storytelling, et je ne vais pas m’en plaindre, est en passe de devenir le buzzword du moment, bien peu de clients, et même de prestataires, savent exactement ce qu’est le storytelling ! Il a souvent bien tendance à se résumer à « Nous allons raconter votre histoire, vous sublimer dans vos valeurs, etc… », bref, on oublie que le storytelling est avant tout une technique, et non un format ! Ainsi, on peut réaliser une vidéo sans faire à aucun moment du storytelling, comme écrire un simple article de blog qui racontera une histoire inoubliable.

parmi les idées préconçues que je relève le plus souvent, j’en ai choisi 4 qui ont le mérite d’être particulièrement récurrentes : comme quoi, nos préjugés peuvent avoir la vie dure ! 😉

Voici les 4 idées préconçues sur le storytelling auxquelles tordre le cou de toute urgence : vous ne verrez ensuite plus jamais du même oeil le storytelling !

Le storytelling, c’est de la manipulation !

Ha ! Que le cliché de la manipulation a la vie dure ! Et il est vrai que si le storytelling est particulièrement assimilé à de la manipulation, c’est principalement lié à son utilisation dans le domaine politique.

C’est d’ailleurs sous cet angle que Christian Salmon aborde en 2007 le storytelling, et démocratise, d’ailleurs, la notion, dans son essai Storytelling : la machine à fabriquer des histoires et à formater les esprits. Essai qui d’ailleurs continue encore à fortement influencer notre perception du storytelling. Et la campagne présidentielle américaine qui se déroule en ce moment est loin de nous rassurer…

Or, comme je le disais en introduction, le storytelling n’est pas en soi un format : il s’agit plutôt d’un ensemble de techniques narratives permettant de structurer des récits. Ces techniques ne sont pas, d’ailleurs, si récentes ! On les retrouve au contraire dans les mythes, les contes de notre enfance, nos films préférés, et même l’écrit le plus ancien connu à ce jour, l’épopée de Gilgamesh, utilisait déjà ces techniques narratives pour que l’histoire soit vraiment captivante.

Ainsi, donc, en tant que technique, le storytelling n’est pas de la manipulation : c’est l’usage fait des techniques du storytelling qui est, ou non, à incriminer.

Le storytelling, c’est raconter mon histoire !

Oui, bon, ok… Votre entreprise, votre structure, ou même vous-même, avez une histoire passionnante ! Et vous vous dites, fatalement, que c’est ça l’histoire qui va captiver vos clients, qui va leur donner envie d’acheter vos produits ou encore vos prestations.

Sauf que, malheureusement, faire un bon storytelling ne signifie pas du tout raconter son histoire. Bien entendu, cette histoire ne va pas, non plus, être totalement laissée de côté : mais vous êtes-vous posé la question de savoir qui exactement était le héros de l’histoire de votre entreprise ?

Ce héros, c’est votre client : vous n’êtes que l’adjuvant lui permettant d’accomplir sa quête, de s’accomplir spirituellement. Ainsi donc, faire du storytelling, c’est raconter l’histoire de ce client, et la manière dont vous êtes intervenu, sur sa route, pour lui permettre de dépasser les obstacles qu’il rencontrait !

Laissez votre histoire à sa place : le storytelling n’est pas une communication auto-centrée, mais au contraire, une communication tournée vers les autres, au plus près de leurs problématiques.

Le storytelling, c’est pas pour moi !

Et pourquoi donc ? Vous pensez que votre business est tellement inintéressant qu’il ne mérite pas une histoire ? Pourtant, si je reboucle sur le point précédent, vous avez des clients qui achètent vos produits ou vos prestations ? Si oui, c’est donc que vous avez une histoire à raconter. Si non, c’est certainement que vous n’avez pas trouvé la meilleure histoire pour bien communiquer.

Croyez moi, j’ai été amené à être consultant dans des secteurs d’activité qui, a priori, ne permettaient pas de laisser émerger spontanément des histoires : la métallurgie, le bâtiment, etc… Et pourtant, nous avons raconté avec les équipes de ces entreprises des histoires absolument passionnantes.

Le storytelling est un ensemble de techniques permettant la mise en forme de discours : donc, dès qu’il y a discours, le storytelling peut être utilisé.

Contrairement à ce que vous pouvez penser, le storytelling est fait pour vous ! Il faut simplement vous laisser cette opportunité de commencer à communiquer autrement.

Le storytelling, c’est cher !

Nous y voilà, le nerf de la guerre… Et beaucoup pensent, à tort, que faire du storytelling, c’est cher, ou en tous cas pas du tout à la portée de leur bourse.

Pourtant, lorsque j’ai commencé, il y a maintenant quelques années, à faire mon propre storytelling, je peux vous garantir que je n’avais aucun moyen. Donc, à l’époque, exit les vidéos, les infographies, les superbes sites web… J’ai démarré mon entreprise avec un simple blog, à l’époque sur WordPress.com : et je me suis efforcé de proposer, non seulement du contenu de qualité à forte valeur ajoutée, mais aussi du contenu qui racontait quelque-chose… Du contenu qui parlait à tous ceux qui voulaient développer leur storytelling.

Bien entendu, aujourd’hui, je travaille pour de grandes entreprises qui disposent de moyens parfois importants. mais une grande partie de mon activité, parce que c’est celle qui me passionne vraiment, consiste à accompagner des startups qui, par définition, n’en disposent pas, elles !

Croyez moi, un simple stylo, une feuille de papier et pas mal d’imagination suffisent à raconter des histoires sublimes, des récits qui nous accompagnent depuis maintenant des siècles, voire des millénaires.

Chaque entreprise peut faire du storytelling, et peut, surtout, dimensionner le format de son histoire en fonction de ses moyens, et ce même en intégrant l’intervention d’un consultant, comme moi. Ce sont les formats dans lesquels va s’incarner l’histoire qui peuvent être coûteux, mais toute entreprise, quelle que soit sa taille, a une histoire à raconter et peut la raconter.

 

Bien entendu, il existe bien d’autres idées préconçues sur le storytelling comme sur la communication en général : pourtant, la communication est aujourd’hui indispensable. Vous pouvez disposer du meilleur produit ou de la meilleure prestation, si vous ne savez pas communiquer autour, vous ne rencontrerez pas votre cible. Et pour toucher celle-ci, la meilleure des techniques reste le storytelling.


Pin It on Pinterest

Inscrivez-vous pour recevoir chaque semaine Storytellling Le Mag !

Inscrivez-vous pour recevoir chaque semaine Storytellling Le Mag !

Chaque semaine, recevez GRATUITEMENT toute l'actualité du storytelling directement dans votre boîte mail !

Bravo ! Vous êtes désormais inscrit !